Troisième Pilier Assurance : la garantie

 

Les compagnies d’assurance permettent d’ouvrir des 3e piliers liés (3A) et libres (3B). Si dans une banque, le 3e pilier prend la forme d’un compte prévoyance, l’assurance vous lie par contrat. Si celui-ci comprend des garanties, il établit aussi des clauses à respecter. C’est pourquoi il est essentiel de bien comparer les différentes compagnies et les règles qui vous lient à elles afin de trouver la solution qui convient le mieux à votre projet.

 

Versement des cotisations : respecter les clauses contractuelles

Contrairement à la formule fournie par une banque, la police d’assurance prévoit que vous versiez une certaine somme par an. Par contrat, vous vous engagez à cotiser un montant défini. Si vous y dérogez, vous devrez vous acquitter de pénalités. Par conséquent, il est indispensable de correctement analyser votre situation financière afin d’être sûr de pouvoir payer vos primes. Les pénalités peuvent en effet se révélées très élevées, notamment les 5-7 premières années de contrat. Au-delà, les pénalités ont tendance à diminuer.

Cela dit, il est tout à fait autorisé de modifier le montant des primes en cours de contrat ou d’arrêter son épargne. Mais cela entraînera aussi un coût supplémentaire. Généralement, les compagnies d’assurance vous permettent de renégocier votre contrat à date anniversaire du premier versement.

Par ailleurs, vous pouvez décider de la fréquence de vos cotisations. Mais de nombreuses compagnies vous factureront des frais supplémentaires en cas de paiements fractionnés.

 

Les avantages et garanties d’un 3ème Pilier assurance

Ouvrir un 3e pilier dans une assurance recouvre trois principaux avantages.

Le premier concerne l’incapacité de gain et la libération des primes. Si vous êtes dans l’incapacité de payer votre police, par exemple si vous êtes malade, que vous avez eu un accident ou que vous êtes dans une situation d’invalidité, l’assurance se charge de recouvrir les primes après une durée convenue au contrat. En général, cette clause fait l’objet d’une garantie complémentaire.

Le deuxième avantage fait figure d’assurance-vie et met à l’abri vos proches. En effet, en cas de décès, les bénéficiaires touchent le capital initialement prévu au contrat. Dans une banque, ils auraient hérité du montant versé jusque-là sur le compte.

Enfin, le troisième avantage et non des moindres, est que votre capital est garanti. Au terme du contrat, c’est-à-dire à l’âge de la retraite, vous êtes assuré de toucher un montant minimum. C’est en tout cas ce que prévoient la majorité des compagnies d’assurance.

 

Retrait anticipé du capital et valeur du rachat

Tout 3e pilier peut être retiré de façon anticipée, selon certaines conditions légales et spécifiques. Pour un 3e pilier souscrit auprès d’une assurance, vous récupérerez la valeur de rachat, c’est-à-dire le montant épargné, et les intérêts. Mais vous devrez aussi vous acquitter d’une pénalité, laquelle recouvre notamment des frais de dossier et autres commissions. Le montant de cette pénalité baisse avec le temps. Et la valeur de rachat peut ne pas être la même d’une compagnie à l’autre.

C’est donc l’un des critères essentiels pour choisir entre la solution bancaire et la prestation assurance. En effet, si votre projet d’épargne nécessite que vous retiriez votre 3e pilier avant son échéance, mieux vaut se tourner vers un 3e pilier auprès d’une banque.

 

 

Faites une demande d’offre gratuite pour votre 3ème pilier.