Troisième Pilier pour les frontaliers

 

Si vous êtes travailleur frontalier, c’est-à-dire que vous résidez en France et travaillez en Suisse, vous avez la possibilité de souscrire un 3e pilier. Ainsi, vous préparez votre retraite de façon optimale tout en limitant votre facture à l’administration fiscale. Mais pour être certain de réaliser la bonne opération, il vous faut connaître parfaitement ce à quoi vous avez droit et dans quelle condition, notamment en fonction de vos projets de vie et professionnels.

 

L’épargne retraite en Suisse pour les frontaliers

Si vous travaillez en Suisse, vous avez le droit aux 1er et 2e piliers, mais ils ne seront certainement pas suffisants à vous assurer une retraite confortable. Pour maintenir votre niveau de vie, souscrire un 3e pilier en Suisse est une façon de vous créer une épargne pour votre retraite.

En tant que frontalier, vous avez la possibilité d’ouvrir un 3e pilier lié A, dans une banque ou chez un assureur, ou un 3e pilier libre B auprès d’une compagnie d’assurance. A savoir que toutes les compagnies d’assurance n’acceptent pas les frontaliers. Les deux formules présentent par ailleurs des différences, notamment en termes de défiscalisation, de durée de contrat et d’imposition. Avant de choisir pour telle ou telle solution, renseignez-vous correctement en amont.

Ce système de prévoyance individuelle est facultatif et les montants versés sur un 3e pilier lié sont déductibles des impôts sur le revenu prélevés à la source.

 

Dans le cas d’un retrait anticipé de son 3e pilier

Par nature, le 3e pilier lié arrive à échéance au moment de l’âge légal du départ à la retraite. Lorsqu’on est un travailleur frontalier, il est possible que vous ayez besoin d’arrêter votre compte épargne avant. Cela est parfaitement autorisé selon certaines conditions et contre le paiement de pénalités dans le cadre d’un 3e pilier ouvert dans une compagnie d’assurance.

A savoir que le retrait anticipé du capital épargné sur un 3e pilier sera taxé à la source en Suisse et qu’il devra être déclaré en France pour pouvoir, là aussi, être taxé. Une fois l’impôt français payé et que vous êtes en mesure de le prouver, vous pourrez récupérer le montant de l’imposition en Suisse.

 

Fluctuation monétaire

Travailleur frontalier, il y a de fortes chances pour que vous passiez votre retraite en France. Lorsque vous souscrivez un 3e pilier en Suisse, gardez à l’esprit que vous devez prendre en compte le taux de change entre CHF et Euros. Il est évidemment très difficile de prévoir une quelconque parité monétaire, notamment sur 30 à 40 ans. L’idéal serait donc que vous ayez aussi un compte prévoyance retraite en France, afin de limiter toute éventuelle perte due aux fluctuations monétaires.

N’hésitez pas à vous faire conseiller par des professionnels indépendants.

 

Faites une demande d’offre gratuite pour votre 3ème pilier.