3ème Pilier quel montant en 2021 ?

3ème pilier - déductions en 2021

La Confédération suisse a instauré des systèmes de récompenses par exonération d’impôts pour inciter davantage les salariés à épargner pour prévenir leur retraite. Ces déductions d’impôts disposent toutefois d’un plafond. Pour le 3e pilier, les réductions fiscales évoluent chaque année.

Le 1er janvier 2019, l’État suisse a décidé d’augmenter le plafond de la prévoyance individuelle. Voilà l’une des raisons qui a fait que le 3e pilier est devenu le dispositif fiscal le plus prisé des ménages suisses.

Pour 2021, le montant maximal du montant déductible du 3e pilier lié ne connaît pas d’importants changements par rapport à l’année précédente. Les chiffres sont restés très similaires à ceux de l’année dernière :

  • CHF 6 883 par an pour les salariés au LPP, adhérent d’une caisse de pension.
  • CHF 34 416 par an pour les travailleurs indépendants n’étant pas souscrits au 2e pilier, dans la limite de 20% des revenus de vos ressources financières annuelles.

3e pilier libre 3b : la législation pour le montant maximal 2021

En raison des nombreux avantages qu’il procure, le 3e pilier libre (3b) est devenu très apprécié des résidents suisses. À l’inverse du 3e pilier lié (3a), pour 2020, il ne connaît pas de plafond. Toutefois, vous devez vous renseigner auprès de l’administration fiscale de votre canton, puisque les exonérations fiscales liées au 3e pilier libre 3B ne sont accessibles que pour certains États de la Confédération helvétique.

Souscrire à un 3ème pilier en 2021 : bonne ou mauvaise idée ?

S’il y a bien un sujet qui crée de longs débats, c’est certainement celui qui est lié à la prévoyance individuelle ou pour être plus précis, le troisième pilier lié. Et comme il n’est pas facultatif, le manque de connaissance sur le sujet fait que certains préfèrent boycotter le contrat du troisième pilier. Pourtant, derrière cette alternative se cachent plusieurs grands avantages. Avant de vous en désintéresser, il est donc bon de connaitre toutes les raisons qui devraient vous pousser à signer le contrat, sans plus attendre.
Pour garder un bon niveau de vie à la retraite
Vous aurez, tout au long de votre vie active, à faire à plusieurs types de piliers. Certains seront obligatoires tandis que d’autres, facultatives :

· Le premier pilier
Également connu comme étant un type de prévoyance publique, le premier pilier permet de couvrir tous les besoins vitaux d’un salarié. Dans ce pilier, vous trouverez plusieurs options dont : l’AVS, l’AI ou encore l’assurance chômage. Pour effectuer le montant total à percevoir, un système de calcul a été établi pour tout le monde. Et pour effectuer ce calcul, l’on se base sur l’échelle 44.

· Le deuxième pilier
Également connu comme étant la prévoyance professionnelle, le deuxième pilier fait partie des piliers obligatoires pour les salariés qui travaillent plus de 8 heures par semaine pour un seul employeur. Les versements liés à ce deuxième pilier sont répartis entre l’employeur et le salarié. Et le montant de ce contrat sera, généralement, défini dans un contrat choisi au préalable par l’employeur.

· Le troisième pilier
Bien qu’il soit facultatif, le troisième pilier, qui est une prévoyance individuelle permettra de compléter les deux premiers piliers qui seront, souvent insuffisants pour garder un bon niveau de vie lorsque le salarié atteint l’âge de la retraite.

Par conséquent, en optant pour ce troisième type de pilier, vous pouvez profiter d’une retraite complémentaire et retrouver, ainsi, un niveau de vie qui permettra de profiter au maximum de ses vieux jours. À l’aide d’un versement choisi par l’assuré, la somme deviendra un capital au fil des années. D’ailleurs, il s’agit de la fonction initiale du troisième pilier.

Pour mettre ses proches à l’abri

Il est vrai que le troisième pilier vous sera d’une grande utilité pour la retraite, mais force est de constater qu’il pourra protéger votre famille face à des incidents imprévus. Par exemple, en cas de décès de l’assuré, le capital épargné pourra directement être versé aux héritiers (qui seront, généralement le conjoint ou les enfants). Et si vous décidez de souscrire à un troisième pilier d’assurance, cette affirmation prendra encore plus de sens. En effet, contrairement à ce dernier, le troisième pilier bancaire est constitué par un seul capital épargné pour tous les héritiers tandis que le troisième pilier assurance est le montant total prévu initialement par l’assuré et l’assureur. Pour mieux vous y retrouver, voici une situation pratique : un salarié décide de souscrire à un troisième pilier avec un montant de 170 000 CHF en cas de décès, répartis par un versement de 170 CHF tous les mois. Malheureusement, il décède une année après. Alors même s’il n’a pas pu verser toutes les primes, les héritiers percevront tout de même le capital initial du contrat, qui est de 170 000 CHF. Pour certains parents, il est également plus pratique d’ouvrir un compte épargne pour l’enfant. Ainsi, il pourra toucher la somme versée par ses parents une fois qu’il aurait atteint la majorité. Il pourra alors continuer à subvenir à ses besoins et financer ses études malgré cette perte.

Pour faire des économies fiscales

Le troisième pilier permettra également de faire des économies non négligeables sur les impôts à payer mensuellement. En effet, l’assuré aura la possibilité de déduire la prime que vous versez sur votre contrat annuellement. Par conséquent, l’impôt à payer à l’administration fiscale sera grandement réduit. Mais attention, les avantages et la déduction fiscale ne seront pas la même et dépendront du type de troisième pilier que vous avez souscrit comme nous l’avons précisé en haut de cette page

Pour se protéger d’une incapacité de gain

Le troisième pilier est aussi une alternative qui plaira à ceux qui aiment être prévoyants. En effet, personne n’est à l’abri d’un coup dur de la vie. Ainsi, en cas d’accident ou de maladie, la vie quotidienne d’un salarié et sa famille sera totalement chamboulée. Mais cela ne devra pas être un problème avec le troisième pilier. En souscrivant à une assurance incapacité de gain, vous vous mettrez à l’abri et pourra garder un bon niveau de vie malgré le fait que vous ne puissiez plus êtres actifs. Mais à quoi servira votre assurance accident dans ce cas ? En tant que salarié, cette assurance vous est de droit. Malheureusement, elle ne permettra pas de couvrir vos besoins en totalité si vous avez une maladie sur le long terme. Et le capital du premier et second pilier n’est pas suffisant pour vous mettre à l’abri.

Pour un prêt hypothécaire

C’est décidé, il est temps pour vous de devenir propriétaire ! Mais sans le troisième pilier, vos chances d’avoir accès à un prêt hypothécaire ne seront pas les mêmes. Les banques demandent, généralement, 20 % de fonds propres. Et les 80 % devraient être financés. Mettre le troisième pilier en garantie vous permettra de jouir de plusieurs grands avantages : par exemple, les fonds ne seront retirés que lorsque vous n’aurez plus assez d’argent pour financer votre crédit.

votre demande pour un 3ème pilier

Faire votre Demande gratuite

Recevez ensuite les meilleures offres pour votre 3ème Pilier parmi 35 banques et assurances. Comparez les solutions et faites votre choix.

 

Votre 3ème pilier via un de nos 35 partenaires