Il est assez rare que la constitution d’un capital pour sa retraite soit la priorité d’un jeune qui débute dans la vie active. Généralement, les objectifs sont encore dans le futur proche et portent sur le 1er et second emploi, l’arrivée du premier enfant ou la recherche d’un logement. Toutefois bien que cela semble encore loin, il est important d’y penser dès à présent.

 

L’intérêt d’y souscrire assez tôt

Vous êtes jeune et démarrez à peine votre carrière professionnelle, aussi la perspective de se constituer un capital retraite semble encore être une idée abstraite. Pourtant, il est plus que conseillé de souscrire à un 3e pilier dès lors que vous commencez à percevoir un revenu régulier. Le fait est que, plus vous commencerez à cotiser en étant jeune, plus le montant des fonds que vous récupèrerez sera élevé.

 

En complément des premiers et deuxièmes

Le premier pilier ou AVS est constitué de l’assurance vieillesse et survivant. Il a pour but de couvrir les besoins d’une personne dans le cas d’une retraite ou d’un décès. Il s’agit d’un contrat d’assurance obligatoire lorsque vous résidez en Suisse et y avez établi domicile. Notamment si vous y exercez une activité lucrative. Toutefois, ce 1er pilier n’est pas suffisant pour vous permettre de jouir d’une retraite correcte et décente. Le 2e pilier ou prévoyance professionnelle LPP est constitué d’une épargne individuelle. Elle est obligatoire pour tous les salariés qui perçoivent un revenu annuel supérieur ou égal à 20.880 CHF. Ce 2e pilier est en partie financé par l’employeur.

Une fois cumulés, ces deux piliers vous permettent de vivre de manière décente, une fois que vous atteignez l’âge de la retraite. Toutefois, ne vous attendez pas à ce que le montant mensuel dépasse 60% de votre dernier salaire. Voilà pourquoi il est important que vous vous constituiez une épargne en complément. Le 3e pilier est facultatif, mais s’avère être d’une grande utilité. Également appelé prévoyance vieillesse privée, ce dernier sert à vous constituer une épargne individuelle que vous pourrez toucher et dont vous pourrez jouir à la retraite. Mais vous pourrez également en bénéficier de manière anticipée, par exemple lorsque vous envisagez de devenir propriétaire de votre logement principal ou secondaire.

 

L’intérêt d’y souscrire même en étant jeune et célibataire

Ne considérez pas le 3e pilier comme étant une simple assurance-vie. Certes, elle inclut une clause bénéficiaire, cependant il s’agit d’une épargne que vous aurez tout le loisir de constituer le long de votre existence. Considérez même le fait de ne pas encore avoir d’enfant à charge comme étant un avantage pour le moment. En effet, vos frais de constitution d’épargne seront réduits et vous pourrez en profiter pour augmenter vos versements en y ajoutant une petite partie de votre salaire. Ne vous inquiétez pas pour le montant de ce dernier. En effet, dès lors où vous touchez un revenu déclaré et soumis à l’AVS, vous pouvez accéder au 3e pilier. N’oubliez pas qu’il n’est jamais trop tôt pour se constituer une épargne et que la capitalisation d’intérêts n’en sera que plus exploitable.

 

Et dans le cas d’un achat immobilier ?

Sachez que vous n’êtes pas obligé de bloquer votre épargne 3e pilier. Cependant, tout dépend de votre projet. Si vous envisagez d’acquérir votre résidence principale, le débloquement du 3e pilier lié 3a se fera sans ambages. Lorsqu’il s’agit d’un autre genre de projet tel qu’un investissement locatif, mieux vaut souscrire à un 3e pilier libre 3b. Ainsi, après 3 ans de contrat, vous pourrez retirer votre capital.

 

Ce procédé est-il sécurisé ?

Il est tout à fait légitime de poser cette question étant donné que le marché financier est fluctuant au niveau mondial. Toutefois, il est important de noter que le 3e pilier est garanti par l’État via l’autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ou FINMA. Cette dernière fixe un taux technique d’intérêt garanti minimum. C’est elle qui surveille que les compagnies possèdent les ressources nécessaires pour mettre votre bien à l’abri. Les jeunes frontaliers ont également tout intérêt à souscrire à un 3e pilier lié 3a. Malheureusement, le libre 3b est réservé aux résidents suisses. La souscription à un tel contrat peut s’avérer être une aubaine pour un frontalier du fait qu’il lui permet l’obtention d’une déduction fiscale sur ses revenus suisses.