Les parents doivent assurer la protection de leurs enfants, pour qu’ils puissent rencontrer la réussite dans les diverses étapes de leur vie. Nous pouvons citer, par exemple, la poursuite de leurs études, leurs premiers pas dans l’acquisition d’un appartement, leur mariage, leur passage au permis de conduire, etc.

L’assurance-vie se propose d’assurer la protection de vos enfants et leur avenir.

 

L’assurance pour vos enfants, suite à un décès

Nous ne savons pas ce que demain sera fait. Sans doute que vous souhaiteriez offrir un plus bel avenir à vos enfants, malgré votre absence.

En optant pour les versements réguliers, l’assurance-vie vous permet de créer un capital qui sera à disposition de vos progénitures, en cas de décès.

L’on distingue de nombreux types d’assurance-vie :

Risque pur : il assure la protection de ses enfants, à la suite de son décès. Aucune somme n’est à disposition de l’assuré en bonne santé avec cette formule.

Risque mixte : outre l’avantage lié à l’assurance risque pur, l’assuré bénéficiera d’une épargne.

Il vous est ainsi possible de procéder à la souscription à une assurance risque mixte, baptisée 3ème pilier, et cela, afin de protéger vos proches et avoir accès à une épargne pour le futur.

En cas de décès au cours de la durée du contrat, le capital de l’assurance-vie sera à leur disposition. Si le contrat touche sa fin et que vous avez encore la chance d’être en vie, vous toucherez l’épargne et l’utiliserez à votre guise.

A titre de rappel, si l’assuré décède durant le contrat, ses enfants toucheront la totalité du capital. Cette règle reste valable, même si seule une partie des primes est versée sur le compte.

Lors de la signature du contrat, la clause bénéficiaire se définit comme suit :

– Le conjoint reste le bénéficiaire numéro 1 du contrat, suivi des enfants, dans le cadre de l’application des règles régissant un 3ème pilier lié.

– Le salarié peut désigner librement le bénéficiaire, en cas d’un 3ème pilier libre : ses enfants.

 

Pour avoir plus de détails sur les bénéficiaires du 3ème pilier, nous vous conseillons de vous rendre sur la page Le troisième Pilier.

 

Constitution d’une épargne au profit de ses enfants

L’idéal reste de prendre en main l’avenir de ses enfants et de veiller à ce qu’ils aient droit à une aide financière pour financer certaines étapes de leur vie. Elles incluent, en effet, l’acquisition d’une voiture, l’achat d’un bien immobilier, les études, etc.

Pourquoi ne pas vous précipiter à la constitution d’une épargne ? Votre enfant pourra la toucher à l’âge de 18 ans.

Deux options s’offrent à vous, pour ce faire :

– ouverture d’un compte épargne au nom de l’enfant auprès d’une banque.

Le hic avec cette solution réside au niveau de la gestion. Effectivement, une fois le bénéficiaire touche ses 18 ans, vous ne pouvez plus assurer le suivi et le contrôle de l’épargne. Libre à lui de toucher l’épargne et de l’utiliser comme bon lui semble.

– ouverture d’un contrat épargne enfant dans une compagnie d’assurance

Il s’agit de l’option la plus sûre, car vous jouez le rôle du gérant tout en étant un bénéficiaire. Lorsque votre enfant deviendra majeur, il n’aura pas encore accès à l’épargne. Le capital sera à votre disposition, à la fin du contrat.

En cas de décès, avant la fin du contrat, l’enfant en question peut retirer l’épargne, une fois l’âge de la majorité.

Les assurés dans certains cantons peuvent aussi s’attendre à une déduction fiscale avec le contrat épargne enfant.

Protégez votre famille et obtenez des avantages fiscaux avec un troisième pilier!

Faites une demande d’offre gratuite pour votre 3ème pilier.